Le Jeu de Rôle Techno-Fantastique sur forum
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au commencement était le verbe..

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Berndt Korkoff

avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Mar 7 Mar à 23:05

Berndt se redresse sur sa banquette, et fixe son regard sur l'homme sorti de l'ombre, visiblement attentif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.mutantchronicles.net
Damon McCay

avatar

Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 31/12/2005

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Sam 11 Mar à 13:52

"Merci du conseil, j’crois bien que je vais me rabattre sur quelques canettes, ce truc là est vraiment ignoble." "Euh…’fin…merci quand même hein !"

"ahahah, c'est sur c'pas pour les fillettes"... "Mais ya pas d'mal".

En se retournant, pour voir qui entre à nouveau Damon ne peut s'empecher d'être frappé par le charme discret de la femme qu'il a devant lui. Le soupir de soulagement qu'elle laisse echapper en refermant la porte l'amène à penser que la route de la jeune femme n'a pas du être de tout repos. Mais après tout il semble que ce soit le lot de tout le monde dans ce conurb de ...bip

Elle s'avance vers le bar et demande:
"Qui est le patron ? Puis ajoute, je pourrai avoir un café s'il vous plaît ?"

Viktor lui répond en riant : "Ma foi, le patron semble avoir déserté l'endroit, et il faut se servir soi-même. Le point positif, c'est que le prix des consommations est très compétitif"
(Il a l'air marrant ce viktor mais malgré son air bonnard, il doit pas toujours aussi marrant que ca. ) Songe intérieurement Damon.

"Je n'ai pas dit comment je m'appelais. Mais vous pouvez m'appeler Korkoff." Ben voila ce dis Damon, J'sais maintenant ton nom à toi...

"Salut la compagnie, je m’appelle Nick.. , Nick Michaels.. vous seriez contre vous faire un peu de blé facile.. une jolie poignée de dollars capitoliens ?" Le type sortie comme part enchantement d'un coin du bar arrive tranquillement jusqu'au comptoir.

Damon le dévisage sur ces gardes d'autant que le gars n'a pas l'air commode et semble avoir roulé sa bosse à en juger par la longue estafilade qui lui parcours le visage de bas en haut.

Viktor comme il semble être à son habitude enchaine la discussion avec le type : "Tiens, bonjour! Vous ne seriez pas le patron de cet établissement par hasard?"
"J'imagine mal quelqu'un être CONTRE l'idée de se faire de l'argent. Mais si c'était facile, ça se saurait. Enfin... qu'est ce que vous proposez?"


Damon remarque que Korkoff s'est redressé et semble très attentif à ce que dis ce Nick Michaels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Vacendak

avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Sam 11 Mar à 20:46

"Certes, toute entreprise.. [il feint d’hésiter un moment] ..licite ou illicite.. comporte une part de risques.. admettons que la prime de risques qui nous occupe sera proportionnel à la prise de risques.. enfin, ce sont des choses qu’il faudra débattre avec mon employeur ultérieurement.

Il est certain également qu’une bonne combine, ça ne s’ébruite pas trop en temps ordinaire.. mais une opportunité est une opportunité, à vous de la saisir et d’en tirer tous les aspects positifs.. en minimisant ceux qui le sont moins ! et puis ..facile pour certaines personnes peut s’avérer insurmontable pour d’autres, tout est question de point de vue en définitive."


Victor écoute ce que l'inconnu a à dire. Lorsqu'il a terminé, il remarque que le bar est devenu silencieux, à l'exception du poste de télévision qui continue à produire une espèce de fond sonore. Tout le monde semble attentif.

Sans se départir de son sourire habituel, il répond : "Autant vous prévenir tout de suite, je n'ai pas l'habitude de commettre des actes illégaux... "

Il jette un coup d'oeuil à son verre, vide à présent, puis se lève et se dirige vers le bar.

"... Sans avoir une véritable bonne raison. Apparemment, vous avez quelque chose à nous proposer. Nous vous écoutons."

Il passe derrière le comptoir, et se sert un nouveau verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Sam 11 Mar à 22:16


Citation :

Il m’est souvent arrivé de dénicher des personnes talentueuses dans les endroits les plus insolites.. pour ce qui est de leur moralité, je laisse le soin à la Confrérie de juger de l’immaculé de leurs âmes, n’étant pas trop porté sur le prosélytisme.. [lâche t-il d’un haussement d’épaules]

Bon, je ne vais pas tourner autour du pot éternellement, alors pour vous prouver ma bonne foi, je vais allonger quelques billets verts.. ceci est LA bonne raison, ça n’est qu’une avance bien entendu.. et gardez vos armes bien au chaud, je dis çà juste au cas où.. [ajoute t’il d’un ton peu amène]
Nick lâche son sac de sport sans ménagement sur le comptoir, et d’un mouvement brusque en tire la fermeture-éclaire. Pas à pas, il s’en écarte afin que tous puisse apprécier les impressionnantes liasses de billets qu’il renferme.

Son attitude s’est durci et un malaise sourd plane à présent dans la salle, une envie de meurtre naissante, l’éclat de la convoitise dans les pupilles dilatées à la vue de cette fortune en petites coupures. Tant de pognon à portée de main.. dans un lieu aussi paumé de la Conurb.. sans témoins ou presque.. la tentation est grande de faire le ménage.
Citation :

Bingo muchachos ! mon employeur est une corporation respectable qui paye rubis sur ongle.. vous vous y connaissez en espionnage industriel ?

[Aller les gens, je veux pas toujours avoir à causer avec les mêmes interlocuteurs.. je vous rappelle que si vous interagissez pas, on est pas prêt de boucler le fameux épisode fictif, et que vous ne risquez pas non plus de nouer des rapports crédibles –amicaux ou conflictuels- entre vous, alors que c’est un peu l’objectif de cet épisode.. il y à pas de piège là.. c’est qu’un jeu quoi.. c’est pas pour de vrai.. hi hi ! on est là pour s’amuser ! Cool ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutantchronicles.conceptbb.com
Sarah McPreed

avatar

Nombre de messages : 42
Corporation d'origine : Impérial
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Dim 12 Mar à 23:54

"...vous vous y connaissez en espionnage industriel ?"

A ces mots Sarah esquisse un sourire du coin des lèvres, enfin un job plaisant et bien payé. Elle resserre ses mains sur sa tasse en décellant un sentiment d'immense curiosité naître en elle. Après s'être discrettement éclairsie la voie elle s'adresse au dénommé Nick:
"qu'elle est la cible ?..."
Cette phrase sonne d'un ton étrange, presque comme une habitude, voir un instinct.
"...et qui interresse-t-elle ?" Ajoute la jeune femme d'un air tout aussi naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elias Hildebrand

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Lun 13 Mar à 17:03

Alors qu’il feignait de regarder la télé, la brusque apparition du solide gaillard non loin de lui sortit Elias de sa torpeur. Alors qu’au début, il n’observait le type que du coin de l’œil, la mention d’un travail bien payé et la présence du sac plein d’oseille sur le comptoir le fit se retourner.

Comme l’avait dit Victor, un travail facile, ça n’existe pas vraiment, et le magot amassé là ne pouvait pas être la récompense d’une simple mission de routine.

"Bingo muchachos ! mon employeur est une corporation respectable qui paye rubis sur ongle.. vous vous y connaissez en espionnage industriel ?"

Encore une megacorporation qui ne veut pas prendre le risque de ternir son image de marque, et qui préfère engager anonymement des inconnus pour faire le sale boulot à leur place.

"Quelle est la cible ?...et qui intéresse-t-elle ?"

M’étonnerait que nos employeurs prennent le risque de se faire connaître, mais sait-on jamais, pensa Elias, qui avait remarque le sourire discret accroché aux lèvres de la femme.

Profitant du blanc laissé suite à la dernière question, Elias enchaîne :

"Euh, excusez moi mais serait-il possible d’en savoir un peu plus sur ce travail ?"

Quelle question stupide. Comme si le type allait nous lâcher là, sans la moindre information et se barrer en courant… Bien joué Elias, voilà qui fait bien avancer le débat.

"Enfin… vu la somme allongée là, j’vois mal qui pourrait refuser, mais j’aimerais bien avoir un peu plus de détails quant à la nature exacte de ce boulot. Espionnage industriel me paraît en effet un peu large pour définir un job."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berndt Korkoff

avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Mar 14 Mar à 2:28

"Bingo muchachos ! mon employeur est une corporation respectable qui paye rubis sur ongle.. vous vous y connaissez en espionnage industriel ?"

"Corporation respectable, vous dites. Pourriez-vous être un brin plus précis ? Est-ce qu'on parle d'une des cinq majors ou d'un conglomérat de taille moyenne qui cherche à faire son trou ?"
"C'est beaucoup d'argent que vous avez là, et vous devez être bien sûr de vous pour vous trimbaler avec dans ce quartier par ces temps-là. A moins, peut-être, que vous ne le fassiez sous couvert d'une demi-douzaine de snipers postés sur les toits alentours, d'une camionette bourrée de mecs sur-équipés au coin de la rue, tous décorés d'une insigne à l'aigle d'argent ou à la roue dentée ?"

Berndt se lève soudainement, et ne peut masquer la douleur qui s'affiche pleinement sur son visage, tout en sortant d'une main leste son Ironfist et le braquant sur le nouveau venu.
D'une voix toujours égale : "Et s'il me prenait l'envie de te laisser sur le sol, là, dans ce bar, et de partir avec ton sac par la porte de derrière, les balles de quelle corporation me troueraient le corps après quelques pas ?"

Berndt a l'air tout à fait calme, mais son visage impassible et sa poigne ferme sur son gros calibre laissent clairement deviner qu'il ne plaisante pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.mutantchronicles.net
Sarah McPreed

avatar

Nombre de messages : 42
Corporation d'origine : Impérial
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Mar 14 Mar à 21:36

L'homme avachit sur la banquette se lève avec difficulté, sort son arme et met en joues le pseudo convoyeur de fonds en lui demandant calmement:
"Et s'il me prenait l'envie de te laisser sur le sol, là, dans ce bar, et de partir avec ton sac par la porte de derrière, les balles de quelle corporation me troueraient le corps après quelques pas ?"

Sarah prend sa tasse et s'éloigne de deux pas du comptoir. Son léger sourire s'est dissipé. Elle semble assez tendue mais aucun signe ne présage d'une quelconque peur, elle attend la détonation ou la voie de l'âme charitable qui prendra la défense du futur paillasson, tout en continuant à boire son café par petites gorgées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Vacendak

avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Mar 14 Mar à 23:26

Victor finit de remplir son verre. Il contourne le bar et retourne vers sa place, sur la banquette du fond. En passant à côté de Korkoff, il prononce quelques mots à voix basse.

Puis il éclate de rire et continue vers le fond de la salle, pour s'asseoir là où il était auparavant. Il observe la scène avec son éternel sourire, visiblement curieux de connaître la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Ven 17 Mar à 1:46

[Sarah] :"qu'elle est la cible ?..." "...et qui intéresse-t-elle ?"
[Elias] :"Euh, excusez moi mais serait-il possible d’en savoir un peu plus sur ce travail ?" "Enfin… vu la somme allongée […] un peu large pour définir un job."


Citation :

"J’en déduis que vous n’êtes pas complètement réfractaires à mon offre.. bien ! très bien..
Il s’agit en premier lieu d’une simple mission de filature et d’observations.. la routine, rien de bien palpitant.. mais les développements de cette affaire peuvent basculer vers des implications bien moins réjouissantes, car il y à de nombreuses inconnues.."

[Berndt] "Corporation respectable […] qu'il ne plaisante pas. "
Berndt venait juste de finir son geste qu’il se retrouvait face au canon du calibre de Nick. [un très conventionnel P60 Punisher, l’arme du professionnel]
Citation :

"Monsieur Korkoff , dans toute entreprise le manque de préparation est toujours cause d’échec.. agir avec empressement sous le coup d’une impulsion est également synonyme d’échec.. , mais il est vrai que cela confère un bref et grisant sentiment d’invulnérabilité, d’omnipotence, une cinglante décharge d’adrénaline pure qui accouche d’un final qu’on s’imagine volontiers grandiose, mais qui à fatalement le goût mêlé de la poussière et du sang.
Rangez votre flingue Monsieur Korkoff, et discutons posément si vous le voulez bien, en laissant de côté nos ressentiments respectifs.. , et rappelez-vous que je ne vous oblige pas.."

Sans quitter des yeux Berndt, il poursuit.

"Quant à vous Monsieur Vacendak, l’heure n’est pas aux tractations douteuses dépourvues d’envergure.. certes, vous semblez plus au fait de la préparation que Monsieur korkoff, mais n’espérez pas en tirer un bénéfice quelconque. Et je vous conseille de mettre un soin particulier à viser.. de là où vous êtes, vous ne devriez pas me manquer en principe, mais sait-on jamais.."



Dernière édition par le Dim 19 Mar à 14:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutantchronicles.conceptbb.com
Elias Hildebrand

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 24/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Ven 17 Mar à 15:21

Tripotant nerveusement les bords de son chapeau de Cow-Boy, Elias, de sa voix timide et tremblotante, tente de recentrer le débat.

« Euh…. Je crois qu’il serait préférable que chacun range son arme, et que nous nous comportions comme des personnes civilisées… Non ? »

Aucun des deux ne semblant baisser sa garde, il poursuit, non sans s’être éclairci la gorge auparavant :

« Nous sommes tous plus ou moins énervés ici, et je le conçois très bien. Cela dit, je propose que nous écoutions tous ce que Nick a à nous dire, et que chacun prenne par la suite la décision de s’engager ou non pour ce job…. Calmons nous donc, et laissons le terminer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berndt Korkoff

avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Ven 17 Mar à 15:38

Lorsqu'il se trouve nez à canon avec le P60, la couleur de peau de Berndt passe de simplement pâle à très pâle.

[...]de là où vous êtes, vous ne devriez pas me manquer en principe, mais sait-on jamais..

Il maintient encore un instant Nick en joue, puis abaisse lentement son Ironfist. Rengainant, il se dirige vers le bar où il se sert un verre de 'sky. Alors qu'il tient la bouteille, il apparaît clairement que Berndt tremble.

Il se dirige vers la banquette et se rassoit lourdement, le regard dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.mutantchronicles.net
Damon McCay

avatar

Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 31/12/2005

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Sam 18 Mar à 1:18

Damon suis l'action avec attention. Tout ces muscles sont tendus et on peut deviner chez lui qu'il ne faudrait pas grand chose pour qu'il entre en action.

« Euh…. Je crois qu’il serait préférable que chacun range son arme, et que nous nous comportions comme des personnes civilisées… Non ? » S'adressant à Elias : "Laisse gamin, ils sont assez grand pour savoir ce qu'ils font"

Voyant le dénouement de l'incident Damon se détend, prend un tabouret et s'accoude au bar.
Tout en se servant un autre verre, il s'adresse à Nick : "Maintenant, qu'on t'prend au sérieux tu peux p'tetre en dire plus sur ton bussiness..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Vacendak

avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Lun 20 Mar à 1:45

"Quant à vous Monsieur Vacendak, l’heure n’est pas aux tractations douteuses dépourvues d’envergure.. certes, vous semblez plus au fait de la préparation que Monsieur korkoff, mais n’espérez pas en tirer un bénéfice quelconque. Et je vous conseille de mettre un soin particulier à viser.. de là où vous êtes, vous ne devriez pas me manquer en principe, mais sait-on jamais.."

Le sourire de Victor s'évanouit instantanément. Tandis qu'il pose son verre, son visage se ferme et ses yeux observent attentivement la scène et les différents protagonistes avec agressivité.

« Euh…. Je crois qu’il serait préférable que chacun range son arme, et que nous nous comportions comme des personnes civilisées… Non ? »
"Laisse gamin, ils sont assez grand pour savoir ce qu'ils font"


"J'ai horreur de la civilisation" dit-il d'une voix sourde.

Berndt range son arme, se ressert un verre de whisky et retourne s'asseoir.

"Maintenant, qu'on t'prend au sérieux tu peux p'tetre en dire plus sur ton bussiness..."

Victor boit une gorgée de bière. Il repose lentement son verre et relève la tête.

"Bien parlé, Mad Cay" dit-il en souriant de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   Sam 25 Mar à 11:34

Rassuré, Nick rengaine soigneusement son P60 dans son holster, laissant deviner l'espace d'un bref instant un invraisemblable attirail de mort sous sa veste noire.. Puis, comme pour donner un peu plus de poids à ses propos, il balance une liasse de billets entre les mains de chacun d'entre-vous [enfin.. ceux qui font mine de vouloir attraper. Sinon, il la pose sur le comptoir].
La distribution achevée, il referme son sac de sport et le glisse prestement sur son épaule.


Citation :

"Monsieur James Clarendon est un cadre corporatiste influent de la PAN CAPITOLIAN ENERGY CORPORATION [PCEC], une importante société pétrolière, filiale de Capitol [5ème sur le marché martien en production de barils de brute par an]. Elle intervient dans l'exploration et la production de pétrole et de gaz naturel martien [les gisements s’étendent principalement sur la "Oil Belt" qui recouvre la région au nord de San Dorado]. Elle s’investit également dans le raffinage et le marketing de produits pétroliers à nouveau principalement sur Mars et opère dans les domaines de la recherche, comme le secteur des carburants de synthèse et des usages dérivés des hydrocarbures. Les spécificités qui la distingue de ses concurrentes résident dans ses installations pétrochimiques réduites et la gestion rationnelle et pointilleuse avec laquelle elle organise ses ressources. La totalité des installations de la PCEC sont, de manière tout à fait inattendue, louées à la puissante ZONE INDUSTRIAL ONE CORPORATION, qui monopolise à elle seule une écrasante partie du marché pétrolier capitolien de mars et des enclaves martiennes des 4 autres mégacorporations. Une stratégie qui s’est jusqu’à aujourd’hui avérée payante pour la PCEC.
La sécurité de ses installations est assurée par les agents de la très professionnelle BlackWater Corporation, une société de sécurité spécialisée dans la protection des installations industrielles, et plus spécifiquement des installations pétrochimiques.

Monsieur Clarendon disais-je, est un cadre corporatiste sur lequel repose actuellement le sort de la PCEC. Il dirige avec intelligence la stratégie de développement de la PCEC depuis 3 années terrestres déjà. Il est indéniablement très compétent, mais comme tout être humain, il peut-être sujet à une erreur de jugement.. une appréciation erronée des investissements utiles et des calculs prévisionnels de croissance de la société qu’il à en charge. La PCEC lui doit les derniers investissements hasardeux qui ont fait fondre mécaniquement ses avoirs financiers, faisant chuter du même coup le cours de ses actions à la Bourse de Seipen, et la rendant vulnérable à une tentative de prise de contrôle par ses rivales/partenaires [la frontière est un peu floue et dépend de la conjoncture].
C’est une opportunité inédite qui s’offre aux requins de la finance de San Dorado, et votre futur employeur, si vous l’acceptez comme tel, entend bien tirer son épingle du jeu !"

Il ajoute d’un air entendu.
Citation :

"Vos spéculations quant à l’identité réelle de l’employeur importe peu.. il ne peut s’agir que d’une corporation concurrente à la PCEC dont les intérêts stratégiques dans la sphère pétrolière s’opposent malencontreusement à ceux de celle qui est ciblée. D’ailleurs, moins vous en saurez, plus vous aurez de chance de réchapper indemne de cet écheveau.
Contactez la corporate Linda Lee au 855-721-331-indicatif 16, c’est elle qui est en charge de cette opération noire.. elle vous donnera des instructions précises. Et au passage un conseil qui ne coûte rien muchachos.. méfiez-vous en !"

Il termine.
Citation :

"Pour ceux d’entre vous qui souhaiterez ultérieurement me contacter, je dispose d’une boîte aux lettres à "la Cantina" [une espèce de cafétéria-saloon] de la ville-relais de Little-RedRock, le long de la voie du chemin de fer transmartien à 100 bornes à l’ouest de Buffalo, à la lisière des Whistlings Sands. Il s’agit d’un repère de chicanos plutôt désert en semaine. Demandez à parler à la gérante, Vikki, dites lui que vous venez de ma part, c’est une amie et elle est sûre. Elle vous dépannera en cas de nécessité absolue.. n’hésitez pas à lui confier vos tracas.
Sûre, la cantina, c’est pas la porte à côté muchachos, mais cette contrainte, pour peu que vous vous obstiniez à aller jusque dans ce trou paumé de l’arrière pays martien infesté de vipères écarlates et de cactus rongés par les vents ..et tout çà pour tailler une bavette avec moi ..enfin pour me laisser un post-it plutôt, est ma garantie de l’importance réelle de votre démarche. J’aime pas la fantaisie.. [dit-il en jetant un regard pesant à la ronde]"

Puis, ses dernières paroles finissant de mourir lentement dans les sombres recoins de la pièce, Nick tourne les talons et s’engouffre hors du "Desert-Eagle".. il vient de s’évanouir aussi soudainement qu’il vous est apparu !

[fin de l’épisode fictif, on commence l’épisode 1, au chapitre 1, intitulé "Un boulot inflammable" hi hi ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mutantchronicles.conceptbb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au commencement était le verbe..   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au commencement était le verbe..
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]
» Il était une fois Sophie la girafe
» Si j'était....Que ferais-tu ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PBF Mutant Chronicles :: Episodes :: Episode 1 : Pour une poignée de dollars capitoliens-
Sauter vers: